gspr

Groupe de Sociologie Pragmatique et Réflexive

Ecole des hautes études en scienes sociales

Flore Guiffault

Après une première enquête sur les utilisations de la télédétection et des systèmes d'information géographique dans la gestion des risques en Haïti en 2013, dans le cadre d'un master de géopolitique à Paris 1/ENS, Flore Guiffault a obtenu une bourse doctorale cofinancée par le CNES (Centre National des Etudes Spatiales) et Gefyra, pour une thèse de doctorat en sociologie intitulée: "Des pratiques instrumentales face aux risques: données satellitaires et formes de vie en Haïti", dirigée par Francis Chateauraynaud à l'Ecole des hautes études en sciences sociales.  

 Résumé:

L'objet de cette thèse porte sur les instruments qui permettent de construire une gouvernance par les risques en Haïti. Nous nous intéressons à la circulation de l'information géospatiale au cœur des dispositifs de gestion de risques mis en place entre deux événements-catastrophes, le tremblement de terre du 12 janvier 2010 et l'ouragan Matthew en octobre 2016. Le passage des données à l'information géospatiale se fait à travers des frictions qui mettent en relation des acteurs divers tels que les institutions étatiques, des organisations internationales et non-gouvernementales, des consultants, des entreprises ou des habitants. Il s'agit de suivre les trajectoires de ces données, depuis la production de données brutes (images satellites, images de drones, données sismiques et hydro-météorologiques, etc.) jusqu'aux produits insérés dans des dispositifs (par exemple les cartes de risques) par le biais d'une enquête ethnographique composée d'observations participantes et d'entretiens avec les parties prenantes.

Pour lui écrire


Les membres du GSPR